Partagez | 
 

 Tuez moi s'il vous plaît. Merci.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
๏ Date d'inscription : 11/02/2016

MessageSujet: Tuez moi s'il vous plaît. Merci.  Jeu 28 Déc - 4:15


Shang
Li



« Petite citation »


Ex
tra



PSEUDO :
On connait
ÂGE :
On connait aussi
PRÉSENCE :
Et ça aussi.
OU AS-TU CONNU NMHE ?
 J'crois que j'ai pas besoin de dire
ET T'EN PENSES QUOI? :
Ces questions sont chiantes.
CODE :
écrire ici
UN MOT POUR LA FIN ?
 Vous avez fini ? *bam*




Iden
tité

Nom Disney et de substitution :
Étant très fier de ses ancêtres, il garde et porte fièrement le nom de Li Shang.
DATE ET LIEU DE NAISSANCE/ÂGE :
En 384 en Chine. Il a 24 ans
DESSIN ANIME :
Mulan
MÉTIER :
Capitaine de l'armée de Chine
ATTIRANCE :
Depuis sa rencontre avec Ping, il se pose de sérieuses questions sur son orientation.
STATUT :
Célibataire
GOÛTS :
Il aime s’entraîner, se sentir apprécié et respecté. Contrairement à ce que les autres hommes recherchent, Shang ne sent pas la nécessité d'avoir une femme soumise. Il préfère les femmes ayant du caractère et qui sont courageuses. Il déteste les traîtres et les manipulateurs. Mais ce qu'il déteste surtout, ce sont les Huns.
PLUS GRANDE PEUR :
Voir son père mourir et voir la Chine envahie par les Huns
SIGNES PARTICULIERS :
Très doué au combat et aux arts martiaux
GROUPE :
Fearless adventurers
CÉLÉBRITÉ :
Kim Mingyu
LE PORTAIL :
New-York
CREDIT IMAGE :
Suture




Carac
tére


Fidèle, autoritaire, croit en l'égalité des sexes, réservé, respectueux, sérieux, déterminé, timide, juge au premier abord, digne de confiance, impatient, dévoué, intolérant, à un esprit tactique, Discipliné, rancunier, poli, sensible, reconnaissant, homme de parole, têtu, solennel, orgueilleux

U.C




 




Dernière édition par Le plus beau des beaux le Dim 25 Mar - 20:09, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
๏ Date d'inscription : 11/02/2016

MessageSujet: Re: Tuez moi s'il vous plaît. Merci.  Jeu 28 Déc - 4:23


Co
nte





« Vous ne serez jamais vaillants et forts
Comme des hommes, rentrez chez vous
Je ne peux faire de vrais hommes de vous  »





Hiver 392 : Aujourd’hui j’ai 8 ans, mais père ne peut pas être là pour mon anniversaire, le pays a besoin de lui. Je suis triste, mais je sais que c’est un devoir de soldat et qu’il ne peut pas refuser d’aider l’empereur. J’aurais bien aimé avoir une petite sœur avec qui jouer quand il n’est pas là, mais les Feng m’ont expliqué que la sage-femme qui aidait maman n’avait pas pu les sauver. Ce sont eux qui s’occupe de moi la plupart du temps lorsque père n’est pas disponible pour moi. Ils veillent à ce que je mange et que je fasse mes lectures et ma calligraphie. Ils me disent que je suis très doué pour un enfant de mon âge, mais père ne m’a jamais dit qu’il était fier de moi. Il est dur envers moi, mais je crois qu'il est très triste au fond. Je le crois parce que moi c'est comme ça que je me sens quand je pense au bonheur que j'aurais pu avoir avec elles.

Printemps 392 : Père m'a dit qu'il allait revenir avant la fleuraison des arbres, mais les cerisiers sont de nouveaux en fleurs dans le jardin. J'aime regarder les rayons du soleil du printemps passer au travers des pétales rosées et entendre le vent faire craquer les branches. Pendant cette période de l'année, je trouve qu'être seul est agréable parce que ce qui m'entoure est joli et que les gens sont plus agréables.

Été 392 : Père est finalement revenu et j’étais très heureux de le revoir en pleine santé malgré son retard. Par contre, il ne m’a pas salué et il est allé dans directement dans l’écurie pour y attacher son cheval. Je n’ai pas voulu le déranger, je sais que lorsqu’il est comme ça c’est parce qu’il n’est pas de bonne humeur. Je ne comprends pas ce qui le rend dans cet état, mais je sais que ça ne me regarde pas, père me l’a déjà dit.

Automne 392 : Aujourd'hui j'ai cassé un vase par accident et père m'a frappé à cause de ça. J'ai voulu pleurer parce que ma joue me faisait très mal, mais un garçon ne doit pas pleurer, c'est ce qu'on m'a apprit. Père est resté en colère très longtemps contre moi et il m'a envoyé chez les Feng qui m'ont expliquer que le vase appartenait à maman. Je me sens très triste d'avoir mit père en colère et j'ai décidé de lui écrire une lettre d'excuse.

Printemps 393 : Père et moi avons nettoyé la tombe de maman et nous y avons déposé de jolies fleurs. La période des pluies va bientôt arriver et je vais devoir rester à l'intérieur. Les Feng me disent que c'est parce que père ne veut pas que j'attrape froid, mais je sais qu'il n'aime pas savoir que je joue dans la boue. Il a toujours été comme ça, ça se voit qu'il n'apprécie pas de devoir m'avoir auprès de lui. Je préfère rester dans ma chambre à travailler mes écrits plutôt que de le déranger.

Automne 393 : Les Feng m'ont proposer de les aider avec leur écurie, ça me fait très plaisir d'être utile pour quelqu'un. Père me fait souvent me sentir comme si je ne servais à rien. Ils sont vraiment très gentils, les Feng, ils m'ont même apprit à monter à cheval parce que père n'a pas le temps pour ça. Il doit partir à nouveau au palais pour voir l'empereur et il a déjà commencé à faire ses bagages pour le voyage. Il m'a dit qu'à son retour il m'apprendrait à me battre, j'ai très hâte ! Je vais enfin pouvoir passer du temps avec lui.



Hiver 394 : J’ai 10 ans aujourd’hui et père vient de revenir. J’ai cru qu’il avait volontairement étiré son voyage pour me faire la surprise, mais il ne semble même pas se rendre compte que j’ai grandis durant son absence. J’ai voulu lui montrer les marques à l'épée faites dans la colonne du jardin avant, symbolisant ma croissance, mais il s’est contenté de grogner et il est allé dans la seconde aile, celle où je n’ai pas le droit d’aller. C’est là qu’il travaille sur des stratégies militaires et où il dort. Lorsque maman était toujours en vie, j’avais le droit d’y aller, mais maintenant je n’ai que des faibles souvenirs des couloirs.

Été 395 : Ça fait déjà un an et demi que j'apprend à me battre. Pour une fois, Père a tenu sa promesse et il m'a apprit les bases du maniement de l'épée. Au début, je la trouvais beaucoup trop lourde pour moi et mes mouvements étaient très maladroit, mais avec le temps ma technique s'est grandement améliorée. Lorsque Père doit quitter, c'est le fils Feng qui m'aide. Lorsque maman était toujours en vie, Père avait beaucoup plus de temps libre... Ou du moins il semblait beaucoup plus heureux et à l'époque, il avait enseigné plusieurs techniques au fils Feng. Je suis déçu qu'il ne puisse pas me les apprendre de lui-même, mais je comprend.

Automne 397 : Père a été promu Général de l’armée impérial. Je suis tellement heureux pour lui ! Il a passé tant de temps à faire ses preuves sans jamais être valorisé par qui que ce soit… Même par moi. J’ai longtemps été en colère face à son attitude distante, mais maintenant je comprends que cette distance qu’il mettait entre lui et moi était parce qu’il se donnait vraiment pour la sécurité du pays et pour nous donner une bonne vie. Les Feng m’ont répétés à plusieurs reprises ce soir que cela allait signifier que Père risquait d’être encore plus absent qu’avant, mais je ne veux pas les écouter… Je ne veux pas me sentir démoralisé alors qu’il faut fêter ça.

Hiver 401 : Demain j'aurai 17 ans, ce qui signifie que je pourrai faire partit de l'armée l'impériale de Chine comme mon père et mes ancêtres. Je suis excité à l'idée de pouvoir poursuivre la coutume familiale et je souhaite de tout mon cœur protéger ce pays de par ma sueur et par mon sang. Cela fait plus de six ans que je pratique le maniement d'arme et le Kung Fu pour pouvoir être un bon soldat et pour pouvoir épauler mes partenaires d'unité. Je me sens prêt à livrer bataille et à me donner pour l’empereur.

Printemps 402 : Maintenant que je fais partie de l’armée, je réalise à quel point Père a été doux avec moi alors que je pensais qu’il exagérait lorsqu’il me faisait travailler mes coups de pieds pendant des heures après le coucher du soleil. Il m’est arrivé à de nombreuses reprises de me demander si j’avais réellement ma place parmi ces soldats qui étaient tous aussi doués, voir plus que moi. Je les regarde avec envie lorsque je vois leur force et leur dextérité, cependant, je sais que j’ai quelque chose qu’ils n’ont pas : la stratégie militaire. J’ai pu remarquer que la plupart d’entre eux étaient des muscles sans cerveau. Pour ma part, bien que je ne sois pas aussi grand que certain, je sais résoudre des situations complexes avec peu et je crois être un atout pour l’armée.

Hiver 402 : Première année complétée et il se fait promouvoir Caporal. ça blablate, mais Shang faire genre j'ai travaillé pour ca vos gueules.

404: Sergeant (Évite la mort de son lieutenant → chute dans un ravin, parce que paroi étroite)

407: Lieutenant est utile pour l'armée pour son intelligence tactique + ancienneté/fidélité

Printemps 408 : Je sens encore mes mains trembler en écrivant ces mots. Je sais que je ne devrais pas avoir peur puisque je suis destiné à me battre, mais je viens d’apprendre que les Huns tentent d’envahir la Chine. L’armée a été envoyée dans les zones stratégiques pour repousser l’invasion, mais Père et moi avons été placés dans un camp de recrues. En tant que Lieutenant, on m’a demandé de veiller à l’ordre, mais père m’a promu Capitaine alors que je n’ai pas terminé ma seconde année de fonction en tant que Lieutenant. J’ai été choqué et Chi-Fu encore plus. Moi... Capitaine Li Shang... Père m’a demandé de veiller à l’instruction de ces hommes, mais j’ai peur de ne pas être à la hauteur… Je n’ai aucune compétence dans le domaine; Je sais donner des ordres et appliquer des tactiques militaires, mais je ne sais pas expliquer. Comment vais-je faire pour mener à bien mon devoir de Capitaine si je n’ai qu’une troupe de bons à rien comme soldats ? Ils sont encore à l'extérieur à ramasser les grains de riz qu'ils ont fait renverser en se battant comme des idiots.

Été 408 : Les recrues s'améliorent de jour en jour et la honte que je pouvais ressentir en les voyant pour la première fois s'est évaporée. Ils ne sont toutefois pas encore prêt au combat puisqu'ils n'ont toujours pas su retirer la flèche que j'ai planté au sommet du piquet lors de leur première journée d'entraînement... Le vrai souci reste Ping qui passe le plus clair de son temps à tricher ou à retarder le groupe. Il est incapable de suivre le rythme de course, de pêcher ou de simplement tirer à l'arc correctement. Je ne sais pas quoi faire de lui, pour moi il est le maillon faible de la troupe et j'ai peur que le garder parmi les soldats puisse nuire à leur apprentissage et à leur sécurité. Je pense sérieusement à le renvoyer d'où il vient, il n'est clairement d'aucune utilité pour cette armée.

Automne 408 : Les jours passent, la température se rafraichie et les Huns ne sont plus très loin, je le sens. Les hommes sont pour moi prêt à aller en renfort et Ping s’est grandement démarqué des autres… Il me fait un peu penser à moi. Maladroit, mais avec un grand potentiel. Je me sens un peu désolé de l’avoir sous-estimé de la sorte, oubliant par la même occasion le genre de jeune homme que j’étais à l’époque. Il a su me battre au combat et il a été le seul à savoir décrocher la flèche… Je … Je pense si souvent à lui, je trouve ça déstabilisant. Pourquoi est-ce que je souris présentement en pensant à lui, c’est absurde Shang ! Je veux que la troupe aille se battre aux côtés des soldats d’expérience et je veux montrer à Père qu’il a bien fait de me nommer Capitaine ! Je reviens justement d’une discussion avec Chi-Fu qui refuse catégoriquement mon idée. Cela me met dans une colère noire, mais lorsque je repense à  Ping me disant que je suis un grand capitaine, j’ai l’impression que mon cœur pourrait exploser… J’en suis heureux. J'entend Chi-Fu hurler au loin, ça semble urgent.

♦️ ♦️ ♦️



Jour 2 : Je ne comprends pas où je suis, je dois être devenu fou et les gens autour de moi pensent comme moi. Ils m’ont enfermé dans une pièce vide à mon arrivé et énervé, j’ai hurlé, mais personne ne comprenait ce que je disais : ils ne parlent pas ma langue. Un médecin Chinois est venu m’expliquer la situation et me donner des trucs qu'il appelle ''médicaments''. Je ne les ai pas voulus comme je ne savais pas ce que c’était. J’ai hurlé contre lui et il m’a abandonné dans la pièce vide.

Jour 4 : J’ai finalement pris les médicaments qu’on m’offrait et les médecins sont venus ce matin pour m’informer que j’allais avoir une chambre pour moi avec un lit et un lavabo. Je trouve que ma chambre ressemble plus à une prison. Les autres patients sont curieux, mais je n’ai pas le droit de sortir de ma chambre pour le moment. Une chose est sûre, je dois les écouter si je veux quitter cet endroit.

Jour 6 : Je me trouve stupide de prendre ces médicaments. Je passe mes journées à regarder le plafond ou par la fenêtre de ma chambre qui me propose encore et toujours le même décor. J’ai l’impression que les jours ne s’achèvent jamais vraiment.

Jour 10 : Je pense trop à mon devoir de capitaine et je réalise que mon chignon qui symbolise mon grade dans l'armée n'a plus lieu d'être. J'ai cassé le miroir à coup de poing tellement j'étais en colère et j'ai finalement coupé mes cheveux avec un morceau de miroir cassé. Mes cheveux sont tombés au sol et j'ai réalisé l'impacte de mon geste. J’ai tenté de mettre fin à mes jours en me tranchant les veines.. Les médecins m’ont mis des bandages, mais ils craignent que je retente donc ils m’isolent de tous objets. Je suis de retour dans la pièce vide et j’ai les mains attachées contre mon corps.



Jour 12 : Je suis de retour dans ma chambre, mais je ne parle à personne, car de toute façon personne ne comprend quand je leur parle. On m’a donné des livres, mais je ne comprends pas l’anglais. J’ai finalement demandé en mimant des feuilles et un crayon. J’écris pour passer le temps. J’écris n’importe quoi; tout ce qui me passe en tête.

Jour 13 : Je repense à la guerre en Chine et j’ai à nouveau envie de mettre fin à mes jours. Je salis le nom de ma famille en ne pouvant pas me battre aux côtés de mes soldats. Je touche mes cheveux courts et j'ai honte. J’ai finalement décidé de me pendre avec mes couvertures, mais les infirmiers sont arrivés à temps pour m’empêcher de suffoquer. Je n’ai plus le droit à des couvertures temps et aussi longtemps que mon état psychologique ne s’améliore pas. À bout de force, je prend mes médicaments sans faire de vague.

Jour 16 : On m’a finalement donné des livres écrit en chinois. Je passe mes journées à lire et ça me permet d’oublier l’endroit dans lequel je me retrouve. J’entends des conversations de patients depuis ma chambre et je commence à comprendre le sens de certains mots. J’ai demandé au médecin chinois de me trouver quelqu’un pouvant m’enseigner leur langue.

Jour 19 : Le médecin m’a permis d’aller dans l’aire commune où les autres patients séjournent. J’ai pu rencontrer un homme gentil qui est lui aussi d’origine Chinoise. Il m’a dit qu’il allait faire en sorte que je comprenne l’anglais, mais il doutait que j’apprenne rapidement si je ne voulais pas de moi-même. Je lui ai dit que c’était mon idée et ça lui a fait plaisir. Au psychiatre aussi.

Jour 27 : Mes cours d’anglais se passent très bien. J’apprends rapidement de nouveaux mots, mais je ne sais toujours pas les lire ou les écrire. Je sais aussi que ma prononciation des mots laisse à désirer pour le moment, mais j’y travaille fort. Mon psychiatre trouve que cette activité est bénéfique puisque j’en oublie la Chine. Quand il m’a dit ça, j'ai recommencé à déprimer et j’ai préféré aller dormir plutôt que d’aller à mon cours d’anglais. Les gens ont si peu de tact ici.

Jour 29 : Hier je me suis énervé contre le psychiatre. Je le déteste tellement. Il me prend pour un dément ! Pourquoi me regarde-t-il de cette façon et pourquoi ose-t-il me dire que nous avions pourtant fait des progrès sur mon cas. MON CAS ? Je ne suis pas un cas. Je suis Li Shang, Capitaine de l’armée impériale de Chine ! Je ne suis pas fou, je sais qui je suis !! En l’entendant me dire cela, je me suis levé d’un bon et j’ai reversé tout ce qu’il y avait sur son bureau, y compris le truc qu’ils appellent ordinateur. Finalement j’ai attendu que l’infirmière quitte la salle où ils rangent les médicaments et j’ai forcé le cadenas à l’aide d’une petite barre de métal tordue. J’avais entendu les médecins dirent à un nouveau que certains cachets étaient dangereux si les patients en prenaient trop et évidemment, mon but était de tous les avaler. Si je pouvais quitter cet endroit pour aller peu importe où, j’allais le faire. Je viens de me réveiller... Cette tentative est infructueuse.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Tuez moi s'il vous plaît. Merci.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Merci de m'accueuillir parmis vous
» merci a vous tous
» Quelle partie de votre cerveau utilisez-vous ?
» que penser vous d' avast
» Moi c'est Mérillym, vous pouvez m'appeler Méry :D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hani Forum Test :: INVITE TEST-